Actions humanitaires

Caraïbes

Suite au terrible séisme survenu en Haïti, une équipe de la Protection Civile Française a été envoyée dans le cadre d’une mission humanitaire.

 

Après l'envoi d'une équipe d'évaluation, l'urgence était pour l'équipe de la Protection Civile de prendre en charge la création d’une structure d’accueil provisoire suite à la destruction d’un orphelinat.

 

La Protection Civile de Martinique est mobilisée depuis jeudi matin 5h (heure locale) pour venir en aide aux ressortissants français évacués d’Haïti vers l’aéroport du Lamentin en Martinique.

Crédits photos : TF1-LCI

Dans le même temps, en métropole, la Protection Civile s’engage d’ores et déjà dans un dispositf post-catastrophe : la préparation d’un soutien aux populations sinistrées, d’une aide au relogement provisoire pour un retour à "la vie normale".

Dans ce cadre, la Protection Civile met en place un appel aux dons par lequel vous pouvez apporter une contribution aux secours et à l’aide d’urgence mis en place suite à cette catastrophe. Il vous suffit d’envoyer un chèque, accompagné de vos coordonnées (nom, prénom, adresse), à l’ordre de "Protection Civile - Solidarité Haïti" à l’adresse suivante (création d'une boîte postale dédiée à l'opération) :

De plus, la Protection Civile prépare activement une mission sur place, composée de spécialistes post-catastrophes, qui devrait partir dès que les liaisons aériennes auront été rétablies et sécurisées.

 

La Protection Civile envoie un nouveau détachement en Haïti

Une mission d’évaluation de la Protection Civile, dans le cadre de sa mission « Action mondiale pour la Protection Civile », a été dépêchée en Haïti dès le 20 janvier dernier suite au terrible séisme qui a frappé le Pays Haïtien.

Cette mission composée de médecins et de techniciens rompus aux missions humanitaires internationales et ayant une bonne connaissance du territoire haïtien, a dû dès son arrivée, faire face à un besoin de soins immédiats de la population haïtienne et a initié la mise en place d’un centre de soins déconcentré de l’hôpital de la communauté Haïtienne à Port au Prince.
Ce centre de soins a été aussitôt renforcé par des infirmières et des logisticiens, de la Protection Civile de Martinique.

Aujourd’hui, le rapport d’évaluation de la mission fait apparaître la nécessité de prendre en charge le création d’une structure d’accueil provisoire suite à la quasi destruction d’un orphelinat.
Ainsi, la centaine d’enfants de Notre dame de la Nativité, située à PORT AU PRINCE pourra être relogée dans des conditions d’habitat plus humaines que les tentes de fortune qui leur servent de toit actuellement. 

Cette mission de relogement sera complétée par un apport de soutien socio et médico-psychologique effectuée par des bénévoles qualifiés de la Protection Civile. Pour assurer cette mission, un détachement de bénévoles de la Protection Civile venant des quatre coins de l’hexagone et de la Martinique sera à pied d’œuvre dès la semaine prochaine pour une durée d’environ quinze jours.

Ainsi, le cœur, les compétences et la professionnalisme des bénévoles de la Protection Civile, seront engagés à la hauteur de la générosité permettant d’être véritablement solidaire du Peuple Haïtien.

 

Jeudi 18 février au matin, le Président de la Protection Civile française, M. Yannick CHENEVARD,en compagnie du Directeur Général, M. Thierry GARZIO, du Docteur Violette LECLERC et de Mme Monique ADRIEN, a accueilli a Orly, en bonne forme, les bénévoles de la Protection Civile de métropole qui ont oeuvré depuis le 4 février dernier pour la construction d’un orphelinat à Port-au-Prince en Haïti.


Découvrez le film réalisé au cours de cette mission


Et un reportage de France 2 - JT 13h - 17/02/2010

La mission de la Protection Civile française permet aujourd’hui à plus de 70 enfants, jetés à la rue par la catastrophe (ici sur la photo de notre précédente mission d’évaluation), d’être abrités dans des conditions de vie acceptables, grâce a votre générosité et aux talents de nos bénévoles.

 

La Protection Civile vous exprime ses plus profonds remerciements à tous pour avoir concouru à la bonne réalisation de cette mission. Et elle exprime des remerciements très particuliers à notre Protection Civile de Martinique pour son soutien "avancé", son énorme générosité et sa redoutable efficacité.


 

Une délégation de la Protection Civile Française s’est rendue en Haïti du 24 avril au 7 mai. Dans la continuité des actions de solidarité engagées depuis le séisme de 2012, les 8 secouristes bénévoles ont  poursuivis les formations de secourisme pour atteindre les objectifs du départ, mais aussi, et plutôt surprenant, de mettre en place un projet d’élevage de lapins.


 

Histoire du projet
Lors du séisme du 12 janvier 20102, la FNPC avait engagé une équipe afin de reconstruire des structures d’accueil. Dortoir, préau et une cuisine avaient ainsi été réalisés au profit de l’orphelinat de Notre Dame de la Nativité à Fontamara grand quartier sensible de la capitale Port au Prince. Des mises en sécurité et de la désinfection des lieux avaient été menées dans un autre orphelinat, dans le quartier de Rivière Froide. Face à la quasi absence de service de secours et la détresse des haïtiens incapables de faire face à des situations de catastrophes, la première équipe avait aussi dispensée quelques formations de secourisme. C’est là, qu’est née l’idée de former des personnes relais afin de faire progresser le secourisme dans le pays. C’était d’ailleurs, la conclusion d’une mission de reconnaissance qu’avait réalisé, en 2011, Alain LASCOMBES, Jacques ROUX et François COUNALI.
 
Premier mission de formation

L’objectif était de former 2000 secouristes en 2 missions et une quarantaine d’aide moniteurs.
Cette mission avait réalisé sur plusieurs sites : Fontamara, Rivière Froide, Eglise du Sacré Cœur, l’institution Saint Joseph de Cluny, un orphelinat à Verrettes dans la région de l’Artibonit et sur un établissement Indigo. Durant cette première mission réalisée en 2012, pas moins de 1380 secouristes et 36 aides formateurs avaient déjà été formés. Du matériel pédagogique avait été laissé sur place pour que se poursuivent les formations continues.


En parallèle, une étude plutôt surprenante mais très utile pour les populations allait conduire à un projet complémentaire inédit : l’élevage de lapins. « En disposant dans les orphelinats des clapiers avec 25 lapines et 5 lapins, on pouvait obtenir à l’année 2 tonnes de viande protéinée. Devant la carence alimentaire dont les enfants sont victimes, on comprend tout l’intérêt d’un tel élevage, le surplus permettant d’acheter des produits de premières nécessités (médicaments, dentifrice, savon) » François COUNAL, initiateur du projet.
 
Deuxième mission de formation et début du projet d’élèvage

La nouvelle mission a permit de poursuivre les formations de secourisme mais aussi de mettre en place le projet d’élevage de lapins.

Guylène BRISSAC, Corinne DEVILLIERS et Sonia COUNALIE, ainsi que Roger SOULOUMIAC, Patrice VAURABOURG, Patrick GETET, François COUNALI sous la houlette d’Alain LASCOMBES, sont intervenus sur 4 lieux :
·       L’orphelinat de Notre Dame de la Nativité à Fontamara, pour la réalisation de clapier et d’un volailler et formé des aides moniteurs.
·       L’église du Sacré Cœur de Jésus
·       La congrégation des Petites Sœurs de Saint Joseph de Cluny dans le quartier difficile de Georges BROWN
·       L’établissement Indigo sur la côte des Arcadins


Au nord du pays, les équipes ont commencé à répondre à une forte de demande en formant les employés des établissements touristiques à la lutte contre les incendies et à la gestion de situations engendrant la panique. Ces mêmes employés étant formés également au secourisme, ils pouvaient constituer une réserve de secours dans la région de Saint Marc et Gonaïve.


Les bénévoles français ont également dispensé à la Police Touristique (POLITOUR), une formation au secourisme mais aussi à la gestion des conflits et des crises, adaptée aux situations spécifiques des actions de Police sur la voie publique.
 
Au terme des deux missions de 2012 et 2014, la délégation aura donc formé pas moins de 2134 personnes aux gestes de premiers secours dont 25 policiers, 45 aides moniteurs et 26 personnes à l’incendie et la panique. «Je salue l’implication de la Fédération Nationale de la Protection Civile française, au moment et depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2012 –plus de 4 ans. Notre Ministre du tourisme et notre Ministre de l’intérieur ont été avertis depuis le début : ils vous le feront savoir, mais je peux déjà vous certifier qu’ils ont beaucoup apprécié cette action » témoignera Jacques MARIE, direction de l’établissement Inidigo sur la côte des Arcadins.

 


Regard sur le pays
En Haïti, la situation évolue très lentement. Peu de reconstructions individuelles, existence de beaucoup d’abris précaires, dans un état déplorable. Souvent avec des bâches qui ne tiendront pas un nouvel hiver. La place du gouvernement est en travaux : le Palais du Gouvernement, le Commissariat Central et le Palais de justice se reconstruisent. « Il y a toujours de nombreux tas d’ordures non débarrassés, des chaussées défoncées, des canalisations d’eau rompues et des égouts en plein air. Le coût de la vie a augmenté, mais l’approvisionnement semble correct. Le tout dans une pollution incontrôlée et incontrôlable. Il y a toujours autant de moustiques, puces et autres insectes et des coupures fréquentes d’électricité, notamment en soirée, obligeant l’usage de lampes à pétrole, et enfin l’absence d’eau courante nous obligeant à des douches froides avec des moyens de fortune. » raconte Guylène BRISSAC de la Protection Civile de la Martinique.

« Les Haïtiens sont avenants, ne se plaignent pas de leur sort et semblent résignés. On sent bien leur besoin de connaissance en tous domaines et, bien sur, dans celui qui nous occupe, une soif d’apprendre des techniques permettant de faire face à des situations qu’ils redoutent. Nous avons été particulièrement surpris lors de l’évaluation des aides moniteurs. Ils ont été capables de restituer en totalité et en qualité, l’ensemble des programmes appris près de deux ans auparavant, se souvenant parfaitement des contenus comme des méthodes pédagogiques.» complète Alain LASCOMBES, chef du détachement et président de la Protection Civile 11.
 
Projets

Des créations d'associations de secourisme sont envisagées sur Fontamara, une autre sur la côte des Arcadins, Saint-Marc, Piétonville et Montlouis. « On sent que ces personnes souhaitent fédérer leurs actions, et elles le déclarent ouvertement pour venir réciproquement à l’aide des uns et de autres. Une bien belle opération en perspective. » soulignera Roger SOULOUMIAC de la Protection Civile 15. « Je ferai dans les prochaines semaines une proposition de travail allant dans le sens de la création d’une Protection Civile haïtienne, regroupant toutes ces individualités. » conclura Alain LASCOMBES. Pour cela, les deux hommes comptent sur le financement des collectivités locales.