Actions sociales

Plan hivernal

Chaque hiver, les équipes bénévoles de la Protection Civile se mobilisent et apportent écoute et réconfort aux plus démunis et aux plus fragiles.

 

Dès la chute des températures, sous l'autorité du Préfet et de la Direction Nationale des Actions Solidaires et Sociales, les associations départementales mettent en alerte leurs moyens et interviennent en collaboration avec le Samu Social et les services médico-sociaux pour protéger notamment les plus vulnérables dès le déclenchement du Grand froid. Elles adaptent et dimensionnent leurs missions en fonction des besoins et de la situation.

 

Formées à l'écoute et à l'accompagnement des sans-abri, les équipes bénévoles de la Protection Civile, dès leur déclenchement parfois sur plusieurs jours, peuvent mettre en place différentes actions.

Maraudes vers les sans-abri

Dans bon nombre de ville, les associations départementales organisent des maraudes hivernales afin de renforcer les équipes du Samu Social. Essentiellement, organisées sur le même dispositif que les maraudes sociales, les équipes parcourent les rues à la rencontre des sans-abri en soirée. Elles les orientent vers une solution d'hébergement et sanitaire plus confortable, s'ils le souhaitent. Equipés d'un véhicule, les bénévoles distribuent des boissons chaudes et de la nourriture pour faciliter le contact et proposent aux personnes des kit hygiène, des vêtements et des couvertures pour améliorer un peu leur confort.

 

Centre d'accueil et d'hébergement d'urgence

En parallèle, les associations départementales peuvent mettre en place des centres d'accueil et d'hébergement d'urgence dans des lieux mis à disposition ou réquisitionnés par les autorités : gymnases, salles polyvalentes, ... Certaines associations départementales sont conventionnées avec les collectivités pour ouvrir un centre d'hébergement d'urgence ou "foyer d'accueil" dédié.

Les équipes de la Protection Civile déploient un espace d'accueil, d'écoute, de restauration chaude et de repos au bénéfice des personnes enregistrées au préalable par le Samu Social, le 115. Selon, l'importance des phénomènes météorologiques, les bénévoles sont amenés à maintenir l'ouverture de ces lieux sur plusieurs jours et parfois 24H/24H.

 

Un dispositif évolutif

Le plan hivernal en France, applicable entre le 1er novembre et le 31 mars, est un dispositif interministériel prévoyant des actions en cas d'hiver rigoureux à 3 niveaux. Il est activé par les préfectures selon l'intensité du froid, qui est lui même évalué à partir des températures transmises par Météo France via sa carte de vigilance météorologique. Ce plan d'alerte prévoit la mise à disposition de plusieurs milliers d'hébergements et la mobilisation des partenaires sociaux comme la Protection Civile.

Théoriquement, il existe trois niveaux de vigilance, dépendant directement du relevé des températures diurnes et nocturnes ressenties (incluant la variable "humidité" et surtout le facteur "vent") livrées et diffusées par Météo France :

  • le "temps froid" est envisagé si on relève une température à la fois positive en journée et située entre 0 et -5°C la nuit.
  • Le "grand froid" pour une température négative en journée et une température mesurée entre -5°C et -10°C la nuit.
  • Le "froid extrême" pour la température est négative en journée et inférieure à -10°C la nuit.

A chaque "niveau", les moyens adaptés sont redimensionnés en fonction de l'importance du phénomène. Cependant, l'appréciation du déclenchement (ou non) du plan à l'échelle départementale reste du ressort des préfets et dépend essentiellement, dans la pratique, de la notion de "température ressentie". Ainsi, une température positive peut être ressentie comme négative par les sans-abri.

Le froid touche aussi les plus fragiles !

Le dispositif regroupe des mesures recommandées par le ministère de la santé et l'INPES dont l'objectif est de prévenir les risques sanitaires liés à des températures particulièrement basses. Il s'articule autour de deux axes. Le premier axe concerne le devoir d'information et de prévention en matière d'hygiène et de santé auprès de la population (notamment des risques d'intoxication au monoxyde de carbone se produisant en particulier l'hiver). Le second concerne la prise en charge médicale et sociale, ainsi qu'une vigilance accrue à l'égard des personnes vulnérables (sans-abri, jeunes enfants, personnes âgées ou fragilisées par les pathologies hivernales). Des équipes mobiles de veille sanitaire et médico-sociale sont mises à disposition ainsi qu'un centre d'appel gratuit au 115, assurant l'organisation et la permanence des soins.

 

Venir en aide aux plus démunis vous intéresse ?

Contactez-nous

Thème: